VOLTAR

Une mine canadienne en Amazonie présente des risques «inacceptables»

Rádio Canada Internacional - https://www.rcinet.ca/fr
19 de jun de 2020

Une mine canadienne en Amazonie présente des risques «inacceptables»

Par Paloma Martínez
francais@rcinet.ca
Publié le vendredi 19 juin 2020

Des polluants, résidus d'une exploitation minière canadienne au Brésil, contamineraient le fleuve Xingu en pleine Amazonie et porteraient préjudice aux communautés indigènes et autres communautés voisines, révèle une nouvelle étude. L'analyse témoigne d'un « degré inacceptable de risque » de défaillance de la digue de retenue des résidus de la mine d'or Volta Grande de la société minière canadienne Belo Sun Mineração.

L'auteur du rapport, le Dr Steven Emerman, professeur associé d'hydrologie à l'Université Valley en Utah, explique que l'évaluation des incidences sur l'environnement soumise aux autorités brésiliennes démontre que malgré la présence de failles géologiques sur le site de la mine, la société n'a produit aucune étude de sismicité. Le barrage n'a pas non plus été conçu dans un souci de sécurité sismique, « en violation de la réglementation brésilienne sur les digues de retenue des résidus miniers. »

Le Dr Emerman s'inquiète également de l'utilisation par la société de son réservoir de résidus pour capter l'eau.

La meilleure pratique de l'industrie consiste à empêcher l'écoulement des eaux de surface dans les bassins de résidus afin de minimiser le risque de rupture de la digue. En outre [notre] rapport, révèle que Belo Sun a fourni des informations contradictoires concernant son plan de stockage des résidus aux investisseurs et aux autorités réglementaires brésiliennes.
Dr Steven Emerman
Le Dr Emerman recommande que la licence du projet soit révoquée.

En 2017, les tribunaux brésiliens ont suspendu la licence d'installation de Belo Sun parce que l'entreprise n'a pas étudié l'impact du projet sur les communautés indigènes et autres communautés traditionnelles ni consulté les populations locales.

Pour sa part, la compagnie argue qu'elle a « achevé avec succès » et soumis l'étude à l'Agence fédérale des affaires indigènes (FUNAI) à la fin du mois de février 2020, qui a suivi les protocoles établis par la FUNAI, y compris la collecte de données primaires et la consultation des communautés indigènes.

Bien que la société s'attende à ce que la pandémie de COVID-19 puisse avoir un impact sur les activités gouvernementales au Brésil, dans des circonstances normales, le processus d'examen après la soumission serait de 90 jours civils pour examiner le rapport et demander des clarifications et de 30 jours supplémentaires pour compléter l'examen du rapport après la réponse des sociétés à toute demande de clarification.
communiqué de Belo Sun
Belo Sun a été critiquée par diverses organisations environnementales, dont International Rivers, pour avoir publié des déclarations trompeuses afin de garder l'intérêt des investisseurs potentiels pour le projet, alors que les preuves de risques sociaux, environnementaux, financiers et de réputation se multiplient.

La semaine dernière, les mouvements locaux Rede Xingu+ et Xingo Vivo para Sempre ont soumis le rapport du Dr Emerman aux agences gouvernementales responsables de l'autorisation du projet.

Nos organisations demandent que des études supplémentaires soient entreprises puisqu'elles sont indispensables pour évaluer la viabilité sociale et environnementale du projet minier de Belo Sun, compte tenu du risque grave pour les communautés indigènes et les autres communautés riveraines situées à proximité du projet et de son barrage de résidus.
Groupes Rede Xingu+ et Xingo Vivo para Sempre
Ces demandes ont l'appui des organisations locales et internationales telles que Instituto Socioambiental - ISA, International Rivers, Above Ground, Amazon Watch et l'Association interaméricaine pour la défense de l'environnement (AIDA).

La société d'État Exportation et développement Canada (EDC) a des bureaux à Rio de Janeiro et à São Paulo depuis le début des années 2000. En 2018, son volume d'affaires au Brésil a atteint 2,63 milliards de dollars, et EDC a fourni des services d'assurance et de financement à 335 clients dans le pays sud-américain.

https://www.rcinet.ca/fr/2020/06/19/une-mine-canadienne-en-amazonie-pre…

As notícias aqui publicadas são pesquisadas diariamente em diferentes fontes e transcritas tal qual apresentadas em seu canal de origem. O Instituto Socioambiental não se responsabiliza pelas opiniões ou erros publicados nestes textos. Caso você encontre alguma inconsistência nas notícias, por favor, entre em contato diretamente com a fonte.